Les apéros du dodo scribe : à la rencontre de Lilomots! – Edition nord du 25 juillet 2017

Vous furetez, curieux, sur notre blog ou notre page Facebook, mais vous ne savez finalement pas bien où nous voulons en venir avec nos « jeux d’écriture », nos « ateliers »…

Pour faire découvrir au plus grand nombre ces activités, Lilomots organise les apéros du dodo scribe : un moment de convivialité, pendant lequel vous pourrez discuter avec nos adhérents, nos animateurs et surtout vous essayer aux jeux d’écriture!

La prochaine édition aura lieu le mardi 25 juillet à Saint-Denis, à partir de 18h00.
Pour faciliter l’organisation de cet événement, nous vous remercions de vous inscrire sur le lien : cliquez ici .

 

 

Retour sur… l’apéro du dodo scribe de juin!

Le 22 juin, nous nous sommes retrouvés à La Cerise sur le chapeau à Saint-Paul pour… se lancer sur les chemins incertains de l’imagination.

Nous avons écrit sur une proposition de logorallye – non, rien à voir avec les 24 heures du Mans , à partir de mots tirés au hasard. Puis nous avons du réutiliser l’un de ces mots dans un texte qui devait aussi inclure une expression issue du lancer du « dé à formules » et nous avons terminé par le jeu du dictionnaire, où il s’agit d’inventer une définition.

Nous avons pu constater, une fois encore combien l’imaginaire et la personnalité de chacun marquaient les textes et en faisaient des œuvres originales et inattendues!

 

Voici par exemple le texte d’Abraham issu du logorallye – en gras les mots imposés -:

« De loin, on apercevait la frise de ce monument gothique. Autour, les touristes bruissaient , admiratifs , leurs smartphones à bout de bras. A les voir ainsi, on aurait dit autant d’abeilles avides devant des étamines de fleurs. Ils venaient et refluaient sur la place comme emportés par une lame dont ils ne maîtrisaient pas le courant. »

 

…et celui de Mélissa (mots dans l’ordre inversé) :

« Le scalpel parfaitement affûté s’enfonce doucement dans la chair. Le sang s’écoule, épais, de chaque côté de la coupure. La lame a tranché net. D’ici quelques semaines, il ne restera plus qu’une ligne rosée, à peine boursouflé, presque invisible.

Lila est assise au bord du lit, silencieuse. Elle regarde le lys blanc, suspendu au bout de sa tige : les étamines ont fait tomber une trainée de poudre purpurine sur les pétales veloutés.

Là, de l’autre côté de la fenêtre, un bruit attire son attention, les palmes bruissent… le vent probablement. Lila regarde à nouveau ses poignets, se maudissant de sa lâcheté. Dehors, le ciel bleu se dessine comme une frise à travers les lambrequins. »

 

Alors, envie de vous y essayer…? Inscrivez-vous à la prochaine édition!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :