La Source : Sur les traces du patrimoine de mon quartier

 

Ces dernières semaines, l’Association Lilomots a réalisé un travail d’écriture sur le patrimoine du quartier de La Source avec le CM2b de Mlle Katy Vandeville de l’école Raymond Mondon. L’école primaire Raymond Mondon étant située dans le secteur de La Source, différents aspects du patrimoine de ce quartier ont été abordés lors des séances.
– Le Jardin de l’état et son Muséum d’Histoire Naturelle
– Le lavoir qui borde le Ruisseau des Noirs, construit dans les années soixante et aujourd’hui désaffecté
– La présence d’eau sous forme de source à l’origine de l’appellation du quartier

Image

Une sélection de textes des élèves a été rassemblée dans un livret qui a été distribué aux élèves. A la rentrée, d’autres exemplaires seront à la disposition des écoles primaires de la ville de Saint-Denis. Les élèves ont montré un vif intérêt et ont pris plaisir à produire des écrits en lien avec leur quartier. L’animatrice les a invités à interroger leur entourage familial pour en savoir plus sur l’histoire de La Source et notamment le lavoir que les anciens ont connu à l’époque des blanchisseuses. Les jeunes ont ainsi découvert de nombreux aspects de l’histoire de leur quartier et de leur ville qui leur étaient jusque-là inconnus.

Bravo aux enfants et un grand merci à la ville de Saint-Denis qui a subventionné cette action dans le cadre du label Ville d’Art et d’Histoire.

Voici deux textes du livret final :

Le lavoir à la manière de Rabelais « Pantagrueline prognostication »

Dans le texte Pantagrueline prognostication, François Rabelais se moque des astronomes et voyants qui prédisent l’avenir. Le caractère humoristique du texte s’explique par le fait que Rabelais prédit des choses qui sont tout à fait évidentes et que tout le monde sait déjà. La classe est partagée en deux groupes : un groupe fait un petit voyage dans le temps et note des prédictions à la manière de Rabelais qu’on aurait pu faire pour 1970, l’autre groupe prédit l’avenir pour 2015. 

En 1970, beaucoup de femmes viendront au lavoir pour laver leur linge. Elles se lèveront de bonne heure, elles arriveront souvent avant 8 h. Elles commenceront par mouiller leur linge, puis elles le savonneront avec du savon de Marseille qui sentira bon. Elles le brosseront avec du coton maïs. Ensuite, elles battront leur linge avant de le rincer. L’amidon préparé à base de poudre de manioc sera utilisé. Le bac situé sur le côté gauche servira à savonner, le bac situé sur le côté droit sera utilisé pour rincer le linge. Souvent, l’eau sortira des bacs et  coulera par terre. Pour que le linge puisse sécher au soleil, les femmes l’étendront sur l’herbe en face du lavoir. Les filles aideront leurs mères, les petits enfants joueront. Les femmes viendront aussi pour discuter et pour rencontrer d’autres femmes. Les ladilafé iront bon train. Les dimanches, il y aura un peu moins de monde que les autres jours.
Leiticia, Tristan, Bruce, Enilson, Marine, Laïna, Sarah, Samuel, Lilou, Lucas, Casso

En 2015, le lavoir existera toujours, mais il sera abandonné. Aucune femme ne viendra laver son linge, car les foyers auront été équipés de machines à laver. Les femmes qui passeront devant le lavoir, ne le regarderont plus comme avant, car le lavoir ne leur sera plus utile. Il y aura des enfants qui visiteront le lavoir, d’autres qui viendront pour jouer. Parfois, ils laisseront tomber des petits papiers par terre. De temps en temps, des personnes ouvriront le robinet installé dans le bassin de droite pour boire ou pour laver leurs mains. Beaucoup de voitures passeront à côté du lavoir. Des hommes viendront vendre leurs fruits. Des insectes voleront autour du lavoir. Le lavoir sera situé près du Ruisseau des Noirs.
Manon, Kévin, Caroline, Thomas, Luciano, Maëva, Séréna, Anfaïdine, Jonathan, Jessica

 

Je me souviens

Je me souviens que c’était Cyr Honoré de Crémont qui a déplacé le Jardin de l’état en 1767 à son endroit actuel. Un premier jardin, trop souvent inondé, avait été situé dans le Bas de la Rivière.

Je me souviens de la fontaine Wallace qui vient de Paris.

Je me souviens des deux bustes : un premier de Joseph Hubert et un deuxième de Pierre Poivre.

Je me souviens que Joseph Hubert et Pierre Poivre ont apporté des arbres et des plantes au Jardin de l’état.

Je me souviens que Joseph Hubert était un botaniste de Saint-Benoît.

Je me souviens que Pierre Poivre était intendant des îles de France et de Bourbon.

Je me souviens que le Muséum d’Histoire Naturelle était le premier musée de La Réunion, créé en 1855.

Je me souviens de l’arbre à saucisses et des baobabs.

Je me souviens qu’il y avait une allée de palmiers droits, cette espèce s’appelle le palmier royal.

Je me souviens que le Jardin de l’état portait auparavant le nom de Jardin du Roy et de Jardin Colonial.

Je me souviens qu’à proximité du jardin, il y a une rue Poivre et une rue Crémont.

Je me souviens que le musée était auparavant le Palais législatif.

Je me souviens du mur d’eau dans le Jardin de l’état.

Je me souviens que le jardin a été fermé récemment pour rénovation et qu’il a réouvert ses portes en juillet 2009.

Je me souviens qu’autrefois, il y avait des fêtes au Jardin de l’état.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :